13 décembre 2014 ~ 4 Commentaires

De nouvelles analyses de filaments aéroportés publiées

En Arizona, une femme a ramassé des échantillons de filaments, pensant qu’ils provenaient du ciel après le passage d’avions militaires. Les échantillons ont été analysés et la conclusion du labo est qu’il s’agit de produits biodégradables utilisés dans l’agriculture, notamment dans la culture de bétails. Il s’avère que des traces de blé, de gluten, de farine et de bacitracine, un antibiotique pour lutter contre les infections.

Mais d’autres hypothèses peuvent être avancées. La spectroscopie IRTF du laboratoire est visible ci-dessous :

RTIF

Or, ce dernier correspond quasi-parfaitement à la spectroscopie IRTF de toiles d’araignées :

IRTF araignées

La confusion du laboratoire n’a rien de surprenant tant la composition des deux produits se rapproche. Dans tous les cas, le laboratoire est catégorique, il s’agit d’un résidu organique. Absolument aucun élément ne permet ici de parler de produits chimiques.

Toutefois, devant la déception des analyses menées, la femme à l’origine de ces analyses a contacté un autre laboratoire pour faire de nouvelles analyses mais cette fois-ci des analyses de métaux. Comme le prétend la théorie des chemtrails, ces derniers seraient composés de métaux tel que l’aluminium ou le strontium. Voici ce que le laboratoire a obtenu.

analyses

La femme ayant envoyé les analyses clame que les résultats sont au-dessus du MDL, la « methode detection limite », limite de détection de la méthode. En effet, ils sont supérieurs, mais mettre en avant ce fait n’indique rien d’autre qu’une incompréhension de ce qu’est le MDL. Cette mesure ne fait que préciser la quantité minimal nécessaire d’un produit dans l’échantillon fourni pour que celui-ci puisse être détecté. Dans le cas présent, le MDL de l’aluminium est 156 mg/kg et le taux d’aluminium trouvé de 421 mg/kg. En d’autres termes, le taux d’aluminium est tout juste supérieur au taux minimal pour être détecté, ce qui veut dire qu’il n’est en rien élevé.

En effet, le taux d’aluminium ne représente même pas 0.1% du total de l’échantillon. En comparaison, l’écorce terrestre est composée de 8% d’aluminium. Si les échantillons analysés étaient le résultat d’épandages aériens, leur taux d’aluminium extrêmement faible ne coïnciderait pas avec les affirmations des pro-chemtrails. Il en va de même pour le strontium et le barium

En bref, rien de nouveau. Des résidus organiques sont pris pour des produits chimiques non-identifiés et sont associés plus ou moins difficilement à un éventuel épandage aérien. Mais les analyses faites qui sont censés montrer un quelconque danger vont en réalité dans le sens inverse de la thèse des chemtrails.

Source

4 Réponses à “De nouvelles analyses de filaments aéroportés publiées”

  1. Very nice site!

  2. Very nice site!

  3. I conceive you have remarked some very interesting points , regards for the post.

  4. I really like your writing style, good information, regards for putting up akdddcfdbfkk


Laisser un commentaire

Gavottelapoulette |
Un collectif pour Breteil |
Sanspapiers87 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Depression Ultime
| Serrurierparisscr
| lamerdeenpetitscarres